Jack Dorsey, PDG de Twitter, admet que la plateforme n’est pas un lieu propice aux débats animés, suite à la démission du meilleur journaliste du New York Times après avoir été victime d’abus.

Le PDG de Twitter a admis que la plateforme n’est plus un lieu où des discussions sérieuses et approfondies peuvent avoir lieu, après qu’un journaliste politique américain de renom ait démissionné après des attaques constantes.

Jack Dorsey, qui a cofondé le site social en 2006, a déclaré que l’entreprise devait fondamentalement « se concentrer davantage sur la dynamique conversationnelle au sein de Twitter », après que Maggie Haberman du New York Times ait dénoncé la toxicité croissante au sein de la plateforme.

« Nous n’avons pas accordé suffisamment d’attention à cette question », a déclaré Dorsey.  » Une meilleure organisation, plus de contexte, aider à déterminer la crédibilité et la facilité d’utilisation. »

Des échanges de tweets en Hauberman et Dorsey

Dorsey, 41 ans, dont la valeur est estimée à 5 milliards de dollars, a fait ces remarques dans un fil Twitter après que Mme Haberman ait déclaré qu’elle se distançait de Twitter après avoir conclu que « la méchanceté, la colère partisane toxique et la malhonnêteté intellectuelle » qu’il abritait étaient à des sommets historiques.

Les Tweets de Mme Haberman

Mme Haberman, une journaliste très respectée avec près de 900 000 followers, a tweeté vendredi qu’elle était en train de repenser à son utilisation de la plateforme où elle s’est inscrite en 2009.

« À l’exception des actualités importantes et de mes propres histoires, je fais un break de cette plateforme, » dit-elle. « Il n’y a pas de raison ou d’incitation, si ce n’est que ça n’aide pas vraiment le dialogue. »

Pendant le week-end, dans un article de son journal, elle a été plus précise. « Twitter a cessé d’être un endroit où je pouvais apprendre des choses que je ne connaissais pas, récolter des informations sans erreurs au sujet d’un article de dernière minute ou participer à une discussion et avoir la certitude que les commentaires des autres étaient de bonne foi », a-t-elle dit.

Elle a ajouté :  » La méchanceté, la colère partisane toxique, la malhonnêteté intellectuelle, la remise en question des motifs et le sexisme ont atteint des sommets sans fin en vue. C’est un endroit où les gens qui, à juste titre, sont contrariés par un certain nombre de choses vont nourrir leur colère, où la liberté d’expression est à son apogée ».

Mme Haberman, qui travaillait auparavant pour le New York Post et Politico et qui est considérée comme ayant certaines des sources les plus précises sur la façon de penser de Donald Trump, a déclaré que le président était en partie responsable de la création d’un environnement dans lequel elle était souvent soumise à « des essaims d’attaques vicieuses sur Twitter ».

« M. Trump a essayé de faire en sorte que tout le monde autour de lui, y compris les journalistes qui le suivent, fasse partie de son histoire. Et les gens sur Twitter ont commencé à réagir de la même façon à mon égard, me traitant comme si j’étais un protagoniste dans le récit du président. »

Bien qu’elle ait dit qu’il y avait encore beaucoup de choses positives à propos de Twitter et qu’elle continuerait à l’utiliser pour surveiller les actualités les plus récentes, elle en avait conclu que le coût d’essayer d’interagir avec les lecteurs et les commentateurs l’emportait maintenant sur les avantages.

« Twitter est maintenant une source et un dépôt de colère pour de nombreux utilisateurs. C’est la seule plateforme sur laquelle les gens se sentent libres de dire des choses qu’ils ne diraient jamais en face de quelqu’un « , a-t-elle dit.

« Pour moi, c’était devenu une énorme et inutile perte de temps et d’énergie mentale. »

Mme Haberman a déclaré qu’il y avait une importante discussion sur le journalisme à avoir, y compris sur la façon dont les médias s’étaient comportés pendant la campagne présidentielle de 2016. Le New York Times, parmi de nombreux médias américains, a été critiqué pour ne pas avoir anticipé la montée de Trump et accusé d’ignorer ses sympathisants.

Elle a ajouté : « Mais Twitter n’est pas l’endroit où une discussion sérieuse ou réfléchie peut avoir lieu ».

Les réponses de M. Dorsey

Twitter débats

Dorsey a répondu à cette remarque en disant : « C’est ce qu’on aimerait le plus arranger. »

Quant à l’affirmation de Mme Haberman selon laquelle un autre inconvénient de Twitter était que « tout le monde est traité de la même manière en tant qu’expert sur divers sujets », a-t-il dit : « C’est l’un des plus gros aspects que nous pouvons améliorer. Il est extrêmement difficile de déterminer quelles sont les voix crédibles pour chaque sujet en temps réel, mais je crois que c’est possible. Mélange d’algos et de réseau. »

Elle a également dit que sur Twitter, tout était réduit à la même taille, ce qui rendait plus difficile de discerner ce qui était important et ce qui ne l’était pas, en ajoutant :  « Tous les scandales semblent égaux. »

Dorsey a reconnu : « C’est bien un problème. Je pense que nous pouvons améliorer la situation en offrant plus de contexte et de conversations associées. »

Le cofondateur de Twitter a dit que l’idée derrière l’introduction du  » classement chronologique  » consistait à montrer  » ce qui compte en premier « . Il a ajouté : « Il reste encore beaucoup de travail à faire. »

Mme Haberman n’est pas la seule journaliste politique de haut niveau à annoncer son boycott de ce média. John Roberts de Fox News, qui s’est récemment retrouvé au centre de la controverse après avoir accepté de prendre le micro et de poser une question à Trump après que le président ait refusé d’en accepter une d’un correspondant de CNN, a déclaré avoir démissionné.

« En solidarité avec mon collègue @maggieNYT – qui, je crois, est une journaliste absolument remarquable, je me retire moi aussi de Twitter », a-t-il écrit. « Elle a raison – c’est plein de colère. »

En Grande-Bretagne, la rédactrice politique de la BBC, Laura Kuenssberg, a déclaré avoir également envisagé de quitter les réseaux sociaux en raison de l’atmosphère en ligne de plus en plus « vilaine ».

« J’ai essayé de prendre du recul et j’ai envisagé de me retirer complètement », a déclaré Mme Kuenssberg à Tom Baldwin, auteur lors d’une interview pour un nouveau livre. « C’est en partie parce que c’est plus vilain maintenant ; c’est un terrain de jeu où les gens veulent se crier dessus. »

Elle a ajouté : « Je ne lis pas les commentaires que les gens écrivent sur moi, ça n’en vaut pas la peine ».